Blog 65

De la Littérature, rien que de la Littérature


  • Ochan pou Max Manigat


    Ochan pou Max Manigat

    Nan espas Sosyete aysyènn an, gen anpil kès tanbou ki bat, lè se kritike moun ap kritike, lè sezon koutlang rive: fè jouda, joure manman kretyen vivan, sèmante pou rale devenn mete atè; pale peyi a mal, pou anfonse l pi fon ankò nan ravinn istorik kote li ye a. Sa ki fè, tout pawòl malpalan sa a yo, tout rafal medizans yo, y anpeche admiratè admire bèl bagay Ayisyen ap reyalize nan kèk zòn sou latèbeni kote lavi a mete yo. Nan kategori moun k ap fè bèl bagay yo, n ap mete Max Manigat. E n ap mete li nan youn ankadreman n ap fè sou mezi pou li. Youn ankadreman an lò masif pou n onore pitit tè Ayiti sa a ki te fèt nan vil Okap, sa fè deja kèk sezon mango.

    Depi premye kout tanbou mwen te fè nan òkès literati a, non Max Maniga te antre nan òkestrasyon epòk la. Yo te rele li : « L’homme du livre haïtien ». Avèk rezon. Pa gen youn liv konpatriyòt li yo, li pa t al deniche nan pil jounal ki t ap parèt, pou l te mete yo anba limyè kote lektè t ap bouske liv. Li te konn prepare lis liv ekri alamen, tape sou machinaekri ak de dwèt, fotokopye, telegrafye, rekopye, li te konn fè lis liv voye bay tout Ayisyen danlemondantye, pou fè zafè literati a pran vòl. Li te mete sou pye youn ti koleksyon li te rele « Haitiana » kote tout otè te konn wè non yo akote piblikasyon yo, dat, mezon edisyon, ak nan ki peyi liv yo te pibliye. Maniga te konn sa li t ap fè depi lè sa a : Youn lit pou sòvgade youn timoso nan memwa kolektivite ayisyènn an atravèlemonn. Youn lit pou etabli dosye nan tiwa listwa peyi nou an. Maniga te bishèt kòl nan youn tiboutik nan Manhattan kote, avèk Jacques Moringlade, li te mete liv ayisyen alapòte tout moun. Se premye fwa sa te fèt nan nannan Diaspora a. Menm lè Max te vinn pwofesè nan City College, li pa t lage pwojè pwomosyon liv ayisyen an.

    Epitou, ak konesans li nan domèn linguistik, Max te antre nan batay pwomosyon lanng kreyòl la. Li te mete kòl nan ran Sosyete Koukouy, pou l mennen batay sa a pi byen. Nan preske tout jounal nan diaspora a, ou jwenn atik li kote l ap defann dwa lanng kreyòl la. Li fè pwomosyon powèt, womansye, chantè, nan atik li pibliye ann angle, an franse epi an kreyòl tou nan jounal ayisyen tankou nan jounal ameriken.

    Nan trajektwa bèl vi sa a, pa janm gen yon moman repo. Max Manigat pa janm kite yon ti espas nan vi li kote li pa fè pwomosyon pou tout bèl bagay k ap fèt nan domèn atistik peyi d’Ayiti. E, sa ki pi bèl, twouve se lè li pran retrèt li plim Max Manigat finn mande anraje, pou l akselere youn pwodiksyon ki fè tout moun rete bouch be ! L al fouye nan tout kwen, nan tout achiv, pou jwenn bèl bagay ki te deja egziste nan kilti peyi a, pou l repwodui yo nan liv kote lektè jenès la kapab dekouvri yo. Tout sekrè kiltirèl ak linguistik vil Okap rantre nan liv sa yo, y ap reviv, yo kontan, y ap pran zès yo, pou laplezire lektè jenès la, ann Ayiti tankou nan Diaspora a. Kanta pou bèl pwovèb ki sèvi baz richès kilti ayisyènn an, Max Manigat al dekouvri liv kote otè nan tanlontan (tankou J.J Audain) te mete yo alekri. Max fè youn travay enpeyab, lè li transkri pwovèb sa a yo nan òtograf modèn kreyòl ayisyen an. San n pa bliye li tradwi yo an franse tou. Youn travay enpeyab, n ap kleronnen l !

    Pou tout bèl reyalizasyon sa a yo ki kouvri longè tout oun vi, fòk nou tout ki renmen kilti nou an tonbe bat oun bravo kolektif pou bèl figi sa a k ap travèse syèl peyi nou an, tankou youn zetwal ki pote bèl limyè lè l ap file, pou konbat tenèb.

    Youn bèl Ochan pou ou Max : BRAVO !

    Dènye piblikasyon :

    Cap-Haïtiens. Excursions dans le temps. Voix capoises de la diaspora. (Sous la direction de), Educa-Vision, Coconut Grove, 2008.

    Proverbes créoles haïtiens du dix-neuvième siècle. Educa-Vision, Coconut Grove, 2009

  • Journée du livre haïtien à New York


    Frantz-Antoine Leconte (premier à partir de la gauche) présentant l'ouvrage Josaphat-Robert Large: La fragmentation de l'être. A droite: Franketienne et Jean Jonassaint)

    La 13e journée du livre haïtien à New York
    Par le professeur de littérature Frantz-Antoine Leconte

    Lorsque nous sommes reçus par une nombreuse assistance dans le prestigieux atrium de York College, de l'université d'Etat de New York, malgré une pluie de plusieurs jours, nous devons affirmer notre admiration et surtout notre reconnaissance à l'endroit de Jasmine Narcisse, cheville ouvrière efficace de Haitian Book Center.

    Dimanche 3 mai, 3ème jour d'un mois significatif dans le calendrier historique des Haïtiens, dans la mère-patrie, ainsi que dans les grandes communautés de l'extérieur, qui apporte presque toujours quelque chose d'inédit, un je ne sais quoi de renouvellement culturel. A New York, dans la grosse pomme, l'amour vif de la littérature s'exprime beaucoup et très peu à la fois. Quelques compatriotes cultivent intensément cette passion de la littérature. Mais ils ne sont pas nombreux. Et d'autres - une véritable marée humaine - s'intéressent religieusement à la musique, aux autres activités esthétiques plus immédiatement communicables que les pages complexes d'un roman, d'une critique analytique ou des vers mystérieux d'un recueil de poésie.

    Nous, les critiques, galériens des lettres, forçats de la littérature, ne pouvons oublier nos discours ou nos communications « savantes » qui ont lieu très souvent dans des salles quasi vides au cours de certaines conférences de l'année. C'est que les événements en littérature ne s'annoncent pas par des moyens pyrotechniques, n'illuminent pas le ciel de nos communautés et n'attirent pas beaucoup de monde en général .La littérature fait figure de parent pauvre à posteriori.

    Cependant, lorsque nous sommes reçus par une nombreuse assistance dans le prestigieux atrium de York College, de l'université d'Etat de New York, malgré une pluie de plusieurs jours, nous devons affirmer notre admiration et surtout notre reconnaissance à l'endroit de Jasmine Narcisse, cheville ouvrière efficace de Haitian Book Center. Elle sait opérer des miracles en faisant appel à un immense écrivain créateur, Franck Etienne, un très grand critique, Jean Jonassaint et moi, qui ai à mon actif quelques textes bien reçus par les critiques en littérature, culture et histoire.

    LE DEFICIT DE L'ANCRAGE

    Au cours de cette journée du livre haïtien, à part le devoir d'accompagner Franck Etienne, l'inusable créateur d'univers, et Jean Jonassaint, critique, dont la sagacité n'est plus à faire et de leur exprimer ma solidarité, j'ai eu le plaisir et l'honneur, après une intéressante introduction de l'irremplaçable représentante de la section française de l'université, Lucienne J. Serrano, docteur es lettres et psychanalyste, de présenter l'étude Josaphat-Robert Large : la fragmentation de l'être et faire le parcours lumineux de cet écrivain-lauréat depuis l'impétuosité des sentiments qui explose dans sa poésie vertigineuse, Nerfs du vent (1975) et Chute de mots (1989) jusqu'aux romans éblouissants et incisifs, Les sentiers de l'enfer (1990), Les Récoltes de la folie (1996), Les Terres entourées de larmes (2002) et Partir sur un coursier de nuages (2008). J'ai tenu à faire une courte présentation analytique et thématique de l'oeuvre. Il m'a été donné dix (10) minutes pour relever, prouver et éclairer l'incroyable richesse de l'univers romanesque de Robert Large. L'édification d'un moi séculaire qui est témoin historique et fait même un inventaire anthropologique de toutes les tribulations de l'homo-africanus, mission qui lui octroie une ubiquité autant qu'une atemporalité.

    Les déplacements de population, le développement inévitable de l'errance, le déficit de l'ancrage, l'ostracisme omniprésent qui émascule certains personnages jusqu'au pathétisme et cette incessante quête de l'ailleurs : tout cela crée un inextricable amalgame qui aurait requis normalement plus de temps, si je devais fournir des illustrations paradigmatiques de ces thèmes et aussi démontrer le mécanisme de la marginalisation, la victimisation dans l'univers concentrationnaire et la misère physique et psychologique comme situation existentielle. Combien de temps me faudrait-il pour jeter un éclairage suffisant sur le concept et la mise en application d'une géographisation caractérielle, quand on sait qu'elle s'accompagne d'un inévitable corollaire qui transcende l'espace pour reconnaître des habitudes, sinon une gestuelle commune chez des gens qui vivent ensemble et forment une agglomération.

    DERACINEMENT ET ALIENATION

    C'est bien une tentative psychologique de caractérisation. Il ne serait jamais facile d'expliquer l'historicisation du roman ou la « romancisation » de l'histoire, cette façon savante d'insérer les actions de l'intrigue dans des tranches de temps historiques et objectifs. Il faudrait plus de temps pour faire une synthèse de ces romans de déracinement ponctués d'une bonne dose d'aliénation, de dislocation et de morcellement de l'humain.

    Est-il viable d'analyser une folie qui se convertit en une extrême lucidité et qui ne se manifeste que par la générosité permanente et un leadership efficace? Non plus une crise identitaire aiguë qui fait des citoyens de nulle part, qui se développe en une morosité de l'être, une sinistrose qui n'est qu'une crise existentielle collective que j'appelle la fragmentation de l'être.

    Je termine véritablement dans le temps qui m'est imparti, un véritable tour de force. Des ovations nourries me saluent. J'éprouve un immense plaisir et une joyeuse chaleur au coeur de signer quelques ouvrages et de présenter à l'assistance trois précieux collaborateurs : Jean L. Prophète, docteur es lettres, enseignant et écrivain; Hugues St-Fort, docteur en linguistique, enseignant et écrivain; et Etienne Télémaque, urbaniste et enseignant. Beaucoup plus que leurs lumineux chapitres au collectif que j'ai présenté, ils m'ont accompagné et accordé leur solidarité le jour de cette brève présentation réussie de notre étude de l'oeuvre de Robert Large, sous l'oeil amusé de la talentueuse poétesse Janie Bogart qui prenait de nombreuses photos.

    Ainsi, ce dimanche atone, gris et pluvieux, s'est-il transformé en un jour dynamisant, radieux et lumineux, grâce au miracle de la littérature et de la culture.

    Frantz-Antoine Leconte, Ph. D.

  • Le dynamisme littéraire à Maurice : Leurre ou Lueur?

    Le dynamisme littéraire à Maurice : Leurre ou lueur ?
    Par Christophe Cassiau-HaurieShare

    "L'Île Maurice compte un million d'habitants et autant d'écrivains. (1)" écrivait un observateur local. Les écrivains mauriciens sont en effet nombreux et talentueux : Ananda Devi, prix des Cinq Continents et prix RFO en 2006 éditée dans la collection blanche de Gallimard, Natacha Appanah, prix Fnac 2007 pour son quatrième roman, Le dernier frère, Shenaz Patel, Prix Beaumarchais des écritures dramatiques de l'Océan Indien pour sa première pièce La phobie du caméléon qui suit l'édition de trois ouvrages, Carl De Souza, auteur de quatre romans dont La maison qui marchait vers le large, Alain Gordon Gentil (Le voyage de Delcourt et Quartier de Pamplemousse), le poète Édouard Maunick, grand prix de l'Académie française en 2003… La liste est longue et surprend pour un si petit pays (1.3 millions d'habitants), éloigné du centre éditorial parisien dont la langue maternelle se divise entre le créole (85 % de la population) et le bojhpuri (15 %), et où la langue de l'école est l'anglais.
    Ce dynamisme littéraire n'est pas un hasard. Si le talent de ces écrivains est indiscutable, la longue relation culturelle et linguistique entretenue par l'Île avec la France explique pour beaucoup la réussite apparente des auteurs mauriciens dans ce pays. La clef de ce succès repose surtout sur une vie littéraire dynamique et stimulante qui valorise le statut d'écrivain.

    Des conditions matérielles différentes.
    En terme d'Indice de Développement humain (IDH), Maurice se situe dans le peloton de tête avec l'Afrique du Sud et Les Seychelles. Cela a évidemment des conséquences sur les conditions de vie au quotidien des habitants : à Maurice, peu de coupures quotidiennes de courant ou d'eau, d'habitations surpeuplées empêchant l'isolement nécessaire à l'écriture, de réseaux Internet trop lents ou de service de santé insalubre. De plus, bien que la situation économique actuelle soit difficile et fragile, elle n'est en rien comparable à l'effondrement qu'ont eu à subir certains pays d'Afrique et l'écart entre la grosse bourgeoisie et le peuple est moins profond que dans beaucoup d'autres pays du Sud (2). Cet état de fait a bien évidemment une influence sur l'existence d'un milieu littéraire, souvent issu de la classe moyenne, mais également sur la production éditoriale des auteurs locaux.

    Une tradition de revues littéraires.
    Après avoir engendré le premier roman de l'hémisphère sud (3), l'activité littéraire de l'île Maurice se déplaça vers des sociétés littéraires (Les kangourous, La table ovale, La Société d'Émulation Intellectuelle au XIXème siècle, le Cercle littéraire de Port Louis, la Société des écrivains mauriciens… au début du XXème siècle) et surtout des revues littéraires.
    Celles-ci foisonnent à Maurice puisque Jean Georges Prosper compte 185 titres de revues et de journaux littéraires de 1173 à 1993 (4). Certains titres ont eu un grand succès à leur époque, ce fut le cas de L'essor (de 1919 à 1956), édité par le cercle littéraire de Port Louis et qui fut la véritable caisse de résonance des écrivains mauriciens de la première moitié de ce siècle mais également des îles voisines : le malgache Rabearivelo, les réunionnais Raphaël Barquissau et les cousins Marius et Ary Leblond y sont publiés à plusieurs reprises. D'autres revues "naissent et vivent plus ou moins longtemps. La revue historique et littéraire, fondée en 1887, dure une dizaine d'années. La semaine littéraire de l'île Maurice ne se maintient que deux ans (1890 - 1892). De même que Mauritiana (1908 - 1910), fondé par Léoville L'homme et qui se faisait remarquer par son excellente qualité. (5)" De fait, ces revues ont été durant très longtemps le principal (le seul :) moyen d'expression des écrivains mauriciens (6). Jusqu'à la création de la première maison d'édition en 1975, les éditions de l'Océan Indien, les grands hommes de lettre comme Malcolm De Chazal ou Robert Édouard Hart publiaient à compte d'auteur ou avec le soutien de mécènes.
    Cette tradition de revues littéraires est toujours active, offrant la possibilité aux auteurs mauriciens d'être publiés dans leur pays.
    Le nouvel essor a repris le flambeau de son illustre prédécesseur et publie annuellement un numéro de qualité sur des thèmes précis, le dernier numéro de 2007 se penchait sur les rapports entre littérature et cinéma, le prochain traitera de la poésie.
    En 2000, un groupe d'écrivains mauriciens, parmi lesquels Shenaz Patel, Carl De Souza ou Alain Gordon-Gentil, ont créé la revue littéraire Tracés, quiparaîtra durant un an (quatre numéros). Gratuite, imprimée sur du papier journal et diffusée à plus de 25 000 exemplaires par le réseau de distribution du quotidien L'express, elle tendait à la fois à être un espace de création contemporaine et un moyen de conquérir un lectorat peu enclin à fréquenter les librairies du pays.
    Ce n'était pas la première fois que la presse quotidienne, très populaire à Maurice, s'engageait dans ce genre d'expérience. Le Mauricien, journal rival de L'express, avait lancé au début des années 80, Forum, le magazine culturel de l'île Maurice où Alain Gordon-Gentil avait fait ses premières armes. Autre revue culturelle, Autopsie créée par l'illustrateur Eric Koo Sin Lin, publia plusieurs numéros entre 1998 et 2000, accueillant à la fois des écrivains, des graphistes et illustrateurs, journalistes et poètes. Italiques, le magazine annuel des livres créé par Issa Asgarally au début des années 90, joue également un rôle important dans la vie littéraire locale en éditant des textes inédits, des critiques littéraires, des notes de lecture et des interviews. La Revi kiltir kreol est une des grandes revues de langues créoles dans le monde et accueille des signatures prestigieuses des Caraïbes et de l'Océan Indien. Maurice fut également le lieu de l'une des premières revues féminines du continent africain avec Virginie, fondée en 1975 par Annie Cadinouche qui accueillit les premiers contes de Ananda Devi en 1979 ainsi que d'autres écrivains féminins.
    Les revues Ticomix et Koli explosif ont permis - entre 2002 et 2005 - à des bédéistes, dont Laval Ng, aujourd'hui publié chez Glénat, de montrer leur travail à leurs compatriotes.
    Enfin, la revue de poésie Point barre, 30 ans après L'étoile et la clef créée par Raymond Chasle, Jean Claude D'avoine et Joseph Tsang à Bruxelles, sortira son 4ème numéro en mars 2008. Ayant déjà accueilli les œuvres de poètes connus de La Réunion, France, Belgique, Cameroun, Tunisie (Tahar Bekri), Maroc (Abellatif Laâbi), Guadeloupe (Daniel Maximin et Ernest Moutoussamy), Haïti (Claude Pierre, James Noël, Joséphat-Robert Large) et, bien sûr, Maurice (Ananda Devi, Édouard Maunick), Point barre prend peu à peu sa place dans le milieu poétique francophone. Son mode de fonctionnement pourrait être un bel exemple de ce que pourrait être l'avenir de la littérature en Afrique. Créée et gérée par un petit groupe de poètes mauriciens, n'ayant aucune autre ambition que d'être publié et de publier les "collègues", Point barre est édité par la librairie papeterie Le cygne, qui y voit un outil de promotion et une façon moins onéreuse de se faire de la publicité qu'une campagne de presse. Imprimée sur du papier de qualité moyenne, en couverture souple avec peu de couleurs, la revue ne paie pas de mine. Mais avec un contenu de qualité et un prix de vente inférieur à deux euros, elle pourrait servir d'exemple à d'autres revues du tiers-monde trop soucieuses d'imiter leurs consœurs occidentales dans la forme au détriment de leur propre viabilité économique.

    Une presse généraliste influente
    La presse généraliste, à 80 % francophone, a une importance énorme à Maurice. Elle est dominée par quelques groupes : La Sentinelle Ltd, propriétaire de L'express (1er quotidien en vente et tirage), L'express dimanche (4e hebdomadaire en vente et tirage), 5-Plus (2e hebdomadaire en vente et tirage), l'hebdomadaire sportif L'Ekip, L'express Turf. Le groupe la Sentinelle imprime le mensuel économique Business Magazine, détient une partie du capital de Radio One- première radio privée - et possède à plus de 40 % L'express de Madagascar.
    Le groupe Defi / British American Investment détient plusieurs journaux : Le Defi Plus (3e hebdomadaire en terme de vente et de tirage), Defi Jeunes, Bollywood, Defi Sexo, L'hebdo, News on Sunday ainsi qu'une partie du capital de Radio Plus.
    Le groupe Le Mauricien dirige Weekend (1er hebdomadaire en terme de vente et tirage), Le Mauricien (2e quotidien de l'île), Weekend Scope. Enfin, le groupe indien RacetimeGroupe AAPCA détient le Matinal (3e tirage et vente de quotidien, très loin derrière l'express et Le Mauricien). Ce nombre conséquent illustre est illustré par une boutade qui a cours à Maurice : "Il y a plus de quotidiens publiés à l'Île Maurice qu'à Paris. (7)" !
    Ces journaux ont également de forts tirages, autour de 20 000 pour L'express (jusqu'à 35 000 pour l'édition du dimanche) et peuvent même dépasser les 60 000 pour certaines éditions de Week end, l'hebdomadaire le plus lu du pays. La bonne santé de la presse (8) a des conséquences sur la vie littéraire locale. Tous les titres ont des pages culture, avec, en particulier, une page littéraire au moins hebdomadaire. Chaque livre édité sur place ou édité à l'étranger par un mauricien fait l'objet de comptes rendus ou d'articles de présentation, lui assurant une lisibilité rarement atteinte dans un autre pays d'Afrique. De plus, les revues luxueuses des groupes hôteliers ou de compagnies aériennes, soucieuses de valoriser l'Île Maurice, évoquent régulièrement les écrivains locaux (9).
    L'autre conséquence positive tient au fait que nombre d'écrivains sont aussi journaliste et peuvent ainsi vivre de leur plume. C'est le cas, actuellement, de Shenaz Patel (10), journaliste depuis 1985, chargé de la page Culture et Société et de la rubrique Interrogations dans l'hebdomadaire Week end.
    Bien d'autres écrivains sont dans le même cas : Bertrand De Robillard (11) vient de prendre sa retraite du Mauricien après en avoir animé la page culturelle durant de nombreuses années, le poète Michel Ducasse (12) a été secrétaire de rédaction au Mauricien, Emmanuel Juste (13) a longtemps occupé les mêmes fonctions à L'express, Sedley Assone (14) assure la rubrique culture du Matinal après avoir travaillé à L'express, Natacha Appanah fut journaliste au Week-end scope jusqu'à son départ pour la France. Édouard Maunick tient une rubrique dans L'express tous les lundis, comme Malcolm De Chazal le faisait à son époque dans le journal Advance dont Marcel Cabon était rédacteur en chef.
    De même, Thierry Château (15) fut successivement journaliste à 5 plus (1990), au Week-end scope (1991-1995), au Mauricien (1995 - 2003), à l'Echo austral (2003-2004) et enfin à L'express de 2004 à 2007 ; Alain Gordon-Gentil a également travaillé dans la plupart des journaux de la place, dont le célèbre Cernéen (16), aujourd'hui disparu, tout en lançant plusieurs journaux, entre autres, Le nouveau Virginie à la fin des années 80, mensuel d'informations générales et Le mag, un magazine d'enquêtes au milieu des années 80.
    Concernant la télévision, la Mauritius Broadcasting Company (MBC) compte une émission littéraire bimestrielle, Passerelle, produite par Issa Asgarally, ainsi qu'une série de documentaires littéraires de Odile Le Chartier.

    Des éditeurs littéraires
    L'Île Maurice compte une petite dizaine d'éditeurs, la plupart ayant investi essentiellement dans l'édition scolaire. Néanmoins, quelques catalogues proposent des ouvrages littéraires. C'est le cas de Vizavi qui a édité en novembre 2006 une compilation des articles de Malcolm de Chazal, intitulée Comment devenir un génie ? (Chroniques). Les Editions de l'Océan Indien comptent 39 romans, contes et recueils de nouvelles, 13 recueils de poésie et plusieurs études et critiques littéraires. Certains écrivains comme Ananda Devi ont commencé à y publier leur premier titre (17). D'autres écrivains mauriciens, aujourd'hui décédés, sont également au catalogue alors qu'ils ne sont plus disponibles en France, lieu de leurs premières publications : Léoville L'homme, Loys Masson, Marcel Cabon, André Masson… Les Éditions Le Printemps, autre grand éditeur a également un catalogue littéraire fourni dont des œuvres de Ananda Devi et de Marcelle Lagesse.

    Une tradition de mécénat et de sponsoring
    L'Île Maurice est un cas à part dans le monde francophone. Comme Les Seychelles et le Canada, elle fait partie des pays de la première vague de colonisation, passé sous l'orbite anglais. De fait, bien que fortement attachée à la francophonie, Maurice est influencée par le mode de pensée anglo - saxon. L'Île a par exemple une culture du mécénat et du sponsoring quasiment unique pour un pays francophone du Sud. Beaucoup d'ouvrages sont soutenus par des entreprises privées. C'est le cas en particulier de la Collection Maurice lancée en 1994 par l'agence de communication Immedia. Chaque année, en novembre, Immedia publie des nouvelles d'une vingtaine d'auteurs nationaux, connus et moins connus, dans l'une des trois langues de leur choix (anglais, français, créole) (18). L'édition est assurée par Rama Poonoosamy (19) et Barlen Pyamootoo (20). Cette initiative, soutenue par plusieurs entreprises privées (21), permet de lancer certains auteurs, d'en stimuler d'autres et de permettre aux auteurs confirmés, publiés à l'étranger, de garder un lien avec leur pays d'origine. Des écrivains comme Édouard Maunick (qui s'essaie à la prose à cette occasion), Shenaz Patel ou Ananda Devi y sont publiés chaque année.
    Cette initiative permet aussi aux lecteurs, qui n'ont pas les moyens d'acheter leurs ouvrages édités en Europe, de continuer à lire des auteurs mauriciens reconnus internationalement mais aussi de suivre la nouvelle vague. Elle constitue également un formidable laboratoire d'écriture pour beaucoup de ces auteurs, dans un genre quelque peu délaissé en France. Le mécénat a une telle importance que Brigitte Masson, éditrice et auteur, a pu lancer en 1991, une maison d'édition, La maison des mécènes qui, comme son nom l'indique, trouvait son financement dans des ressources extérieures privées. "[…] petite maison d'édition alternative financée par une trentaine de particuliers réunis autour d'une même passion : l'épanouissement de la littérature mauricienne (22)", cet éditeur a pu, de cette façon, éditer huit ouvrages et lancer, par exemple, la carrière de Vinod Rughoonundhun (23), aujourd'hui installé à Paris. L'existence de plusieurs prix littéraires participe d'une forme de mécénat public. Le plus connu d'entre eux est le prix Jean Fanchette, créé par la municipalité de Rose Hill, en 1992, qui récompense tous les deux ans un auteur ayant soumis un manuscrit dans le genre littéraire sélectionné. Le prix permet au lauréat d'être édité et de recevoir une somme d'argent.

    Les origines littéraires de l'île.
    Cette abondance littéraire, cet intérêt pour la littérature peuvent s'expliquer par le succès originel de Paul et Virginie, qui fonctionne à Maurice comme un mythe littéraire fondateur de la construction identitaire mauricienne. Du point de vue de l'histoire romanesque, l'œuvre de Bernardin de Saint-Pierre est aussi le point de départ avéré du romantisme français, l'origine du roman sentimental moderne et du roman exotique et, surtout, l'un des best-sellers internationaux du XVIII, du XIX et du début du XXème siècle. De ce fait, l'île Maurice s'est constituée comme un espace littéraire dans l'inconscient national. Le passage de Baudelaire, qui se révélera si fécond par la suite, la personnalité de Malcolm de Chazal et son inspiration india - océanique, ont accentué cette image d'une île fertile du point de vue littéraire.
    Cela peut expliquer l'intérêt que les mauriciens ont porté à la création romanesque, le goût affiché pour la littérature et le sentiment d'en être des acteurs, chez les écrivains, bien sûr, mais aussi pour l'ensemble de la société. Ce sentiment diffus a été superbement transcris par Malcolm de Chazal qui puisait dans son pays la matrice même de ses livres : "Tous les étrangers qui viennent ici sont frappés de l'aspect de nos montagnes. Irréelles, artificielles, visions martiennes ou lunaires. Moi qui ai vécu parmi elles et qui les regarde avec l'œil impressionniste du visionnaire, voici ce que j'ai vu : partout sont semés sur les versants et les crêtes des gisants, des sphinx esquissés, des initiales clairement entaillées, des hiéroglyphes, des signes, des gestes d'homme. À tel point que nous avons des montagnes portant des noms comme ceux-ci, le Pouce (doigt et lingam), les Trois Mamelles (dont parle Marie-Thérèse Humbert, La Montagne des signaux)… Les plus étonnantes de toutes sont peut-être le Corps de Garde, montagne "habité" par une forme d'homme étendu qui fixe les plaines de la Rivière Noire, et notre Pieter Both qui est un Sisyphe poussant sa pierre. (24)"

    Au royaume des aveugles…
    D'aucuns considéreront cette analyse comme étant trop positive, voire quelque peu angélique. Elle peut bien sûr être nuancée par d'autres aspects de la réalité mauricienne : les tirages d'ouvrages édités sur place tournent autour des 1 000 exemplaires, ce qui ne dépare pas de la moyenne des pays du continent africain (pour une population plus faible, cependant). À Maurice, la solitude de l'homme de lettre peut être ressentie aussi durement que dans beaucoup d'autres pays, c'est ce que rappelle Umar Timol dans un très beau texte publié en juin 2007 : "Il n'empêche que la pratique de la poésie à Maurice vous apprend la solitude pénible des incompris car vous vous heurtez constamment à un mur, indestructible et impassible, nommé indifférence. Je ne vais évidemment pas vous parler des libraires qui se débarrassent de votre recueil dans le coin le plus obscur de leur épicerie, pardon, librairie ou du nombre d'exemplaires vendus en une année (entre 3 et 5), […] ou des enseignants de littérature qui ne lisent jamais. […] Je ne vais pas vous parler de ces gens qui claquent des milliers de roupies à l'hôtel et qui trouvent qu'un livre coûte cher ou de ces jeunes, diplômés des meilleures universités, qui disent fièrement ne jamais lire ou de l'interminable attente d'un lecteur, d'un seul petit lecteur qui voudra bien évoquer votre ouvrage […] ou de ces conférences d'auteurs mauriciens qui ne réunissent qu'une dizaine de personnes dont cinq membres de leur famille. […] Je ne vais pas vous parler de tout ça car c'est un combat inutile…", terminant son propos par "quiconque veut atteindre la plénitude dans son expression artistique, dans le cadre enchanteur et paradisiaque de l'île Maurice, se doit de tuer tout désir de reconnaissance, se doit d'extirper de son cœur tout espoir d'être lu, d'être compris (25)". Ce constat négatif est confirmé par une étude, encore inédite, de Brigitte Masson sur Les pratiques de lecture à Maurice qui révèle qu'en 2006 - 2007, 67,3 % des mauriciens n'ont lu aucun livre.
    Tout cela relativise bien sûr, de façon conséquente, le dynamisme apparent, d'autant plus que la plupart des revues citées ont, pour la plupart n'ont pu s'inscrire dans la durée.
    Même si à Maurice, tout n'est pas que "luxe, calme et volupté", il n'en est pas moins vrai que le parcours des différents écrivains mauriciens est lié aux possibilités existant malgré tout sur place. En d'autres termes, leurs parcours sont le fruit d'une maturation que la physionomie du milieu littéraire local a tout de même permis d'éclore. En ce sens, Maurice se distingue des autres pays francophones du Sud où le fait d'écrire relève d'un engagement très fort, où le Centre culturel français est bien souvent le seul soutien. Les écrivains mauriciens ne sont pas complètement livrés à eux-mêmes et sont peut-être moins isolés que d'autres face au monde de l'édition occidentale. Ceux qui parviennent à en ouvrir les portes ont déjà un long chemin d'écriture derrière eux qui leur a permis d'être confronté au public, aux critiques et aux éditeurs. Il n'y a pas de fumée sans feu…

    Christophe Cassiau-Hauri

  • Robert Large et la recherche d'une nouvelle forme narrative


    Une étude sur le Roman Rete kote Lamèsi !
    Par Hugues St-Fort
    ,professeur de linguistique.

    Robert Large et la recherche d'une nouvelle forme narrative en créole haïtien.

    Avec Rete, kote Lamèsi ! Robert Large a écrit un roman qui semble unique dans la littérature haïtienne d’expression créole. En effet, du début à la fin du roman, l’auteur interpelle le lecteur non seulement au sujet de l’interprétation que ce dernier donnera à l’histoire qui est racontée dans le texte, mais aussi de sa conception du roman en tant que genre littéraire. Il y a une volonté de sa part de faire participer le lecteur au déroulement de l’histoire grâce à une utilisation spéciale qui est faite du discours et des interactions dialogiques. Il y a jusqu’au titre qui évoque une familiarité avec l’entourage supposé de l’auteur.

    Large reprend dans ce roman certaines thématiques qu’il avait développées avec plus de profondeur dans son dernier roman écrit en français, « Partir sur un coursier de nuages » (L’Harmattan, 2008), en particulier l’identité plurielle de l’homme noir du Nouveau Monde. « Mwen se plizyè mwenmenm. Mozo Endyen, moso Afriken, moso Nèg, moso Milat, moso Blan. Moso towo, moso milèt, moso koulèv. » Comme Cyparis, le narrateur de « Partir sur un coursier de nuages », Jozafa Sipriyen, le narrateur de « Rete, kote Lamèsi » a connu mille morts à travers l’histoire de la colonisation et de la traite esclavagiste en passant par l’histoire troublée et sanglante de Haïti devenue indépendante mais qui n’a jamais cessé de faire face à ses vieux démons de violence et d’oppression.

    Dans ce roman donc, Jozafa Sipriyen raconte sa quête désespérée de celle qu’il aime plus que lui-même, Lamèsi, qui l’a laissé un beau jour sans crier gare sous le prétexte qu’elle était allée chercher de l’eau. Il parcourt la plus grande partie d’Haïti à sa recherche, se faisant « bèfchenn », (sorte de débardeur) « bouretye » (portefaix) et traversant des épreuves les unes plus terribles que les autres. A chaque fois qu’il croit apercevoir Lamèsi, celle-ci disparaît sans laisser de traces. L’histoire, c’est-à-dire la quête de Lamèsi, rebondit à chaque fin de chapitre et tient le lecteur en haleine.

    L’une des interprétations du roman de Large pourrait être ceci : la recherche désespérée de Lamèsi par Jozafa et les multiples épreuves subies par ce dernier au cours de sa quête correspondent au calvaire (dans le sens des scènes de la passion du Christ dans l’histoire du christianisme) enduré par Haïti et son peuple depuis l’accession à l’Indépendance en 1804 jusqu’à nos jours. A l’appui de cette interprétation, il y aurait la subdivision du récit de la recherche de Lamèsi par Jozafa en quatorze stations correspondant aux quatorze stations du chemin de la croix, c’est-à-dire les quatorze arrêts de Jésus pendant sa montée au Calvaire.

    Une autre interprétation pourrait être celle-ci : Lamèsi signifierait l’idéal inaccessible des Haïtiens qui, après l’exploit de 1804, n’ont pas pu ou su poursuivre le travail commencé. Punis pour avoir réalisé l’impossible, les Haïtiens sont condamnés à la poursuite de l’absolu et deviennent fous. A l’appui de cette interprétation, il y aurait le sort réservé à Jozafa atteint de folie à la fin du récit parce qu’il en avait assez de poursuivre « l’inaccessible étoile ».

    Dans ce roman, Robert Large décrit les mille et une souffrances du petit peuple haïtien pour survivre dans la féroce lutte de classes qui se déroule dans la société haïtienne. Le narrateur est un membre de la classe paysanne qui a été précipité dans le lumpenprolétariat mais qui conserve sa conscience de classe et rêve de retrouver sa position sociale. En effet, tout au long du récit, Jozafa ne parle que de se refaire un petit capital pour rentrer dans son village et mettre sur pied un petit commerce. Mais il y a aussi des passages d’anthologie qui font mentir une vieille croyance selon laquelle les écrivains haïtiens ne disposent pas à travers la langue créole des ressources linguistiques et stylistiques qui permettent de rédiger des descriptions de classe. Lisons ce passage : « Men, maten an bèl sou rivaj Jakmèl la. Pandan tidouvanjou ap leve, gen tiflè k ap soti nan tij pyebwa ansanm ak pafen, ki ap akonpaye reyon limyè yo. Pandan solèy la ap leve, tankou yon Simbi reyon, wi, akote solèy la, mwen wè Lamèsi k ap leve tou alorizon, goutlèt limyè ap koule sou kò l, fè tankou yon rad ranyon sou bèl po nwa l la. » (p.30).

    Contactez Hugues St.Fort à : Hugo274@aol.com

  • Anthologie Cahier/Ralm



    Cette anthologie a cela de très particulier en ce qu’elle rassemble à la fois un certain nombre de peintres et un nombre certain de poètes. Une union libre étalée sur plus de six cents pages, avec une soixantaine d’artistes parachutés de trois générations différentes. Une tentative de concilier aujourd’hui deux formes d’art, qui étaient pourtant si liées. On se rappelle au début du Centre d’Art en Haïti dans les années quarante la cohabitation entre peintres et auteurs. Les deux écritures se recoupaient, les imaginaires aussi. Et les premiers critiques n’étaient ni chirurgiens ni marchands, ils cherchaient en dessous des formes et des couleurs l’audace de la représentation.

    Les créateurs de ce Cahier ne résident pas tous au pays natal. Question de déterritorialiser. De situer Haïti au coeur du monde et de la diversité. Une manière de répondre présent au combat du monde. De dire non surtout à l’indigénisme et au noirisme bon marché qui ont perverti les imaginaires. Nombre de ces auteurs habitent en France, résident au Canada ou encore aux États-Unis, et pour rendre finalement le rapport de cet atlas littéraire éclaté, le grand nombre habite en Haïti, y professe au jour le jour le métier de peintre et / ou de poète, dans la fragilité d’un pays aux rêves inondés.

    Le mode d’emploi pour une telle anthologie nous semble simple : laisser ouvertes les fenêtres, tendre la main et le coeur aux autres, aller lentement à l’intérieur de la chose poétique, lutter contre la censure, sortir du cercle de la punition et de la récompense, être tout simplement en marge des chemins des notables qui voient toujours de travers et qui pensent toujours trop en rond. Cette anthologie est en ce sens atypique. Il n’y a ni ayants droit, ni experts, ni tyrans démoniaques, ni démolisseurs patentés. On y retrouve seulement des gens qui dérident les mots et les couleurs, qui contraignent le soleil à rester debout dans l’horizon troué et qui poursuivent un impossible rêve.

    Le pari dans cette anthologie est qu’il y a des dizaines de jeunes qui sont ici à leur première publication… qui écrivent ou qui rêvent de ces pages. Et voici, ces pages sont noircies à l’encre du poème. Est-ce une bonne chose cette manière de décloisonner, de donner à ces jeunes gens avides de pain, d’eau et de mots ces quelques pages ? Quel sens peut donc avoir cette ouverture poétique, qui fait des mots et des formes une aventure inconnue, dans ce pays où d’ordinaire, on est écrivain en famille comme on accueille un héritage. Peut-être que certains d’entre eux ne dépasseront pas cette publication. Peut-être aussi que c’est la figure de Legba qui vient sauter les barrières dans ce pays qui avance d’une exclusion à une autre.

    C’est en fait l’objet même de cette anthologie de brandir les armes miraculeuses de la colère/ De donner voix et corps à ces jeunes affamés de l’espoir/ D’incendier les citadelles de l’ennui et de la bêtise/ De dire oui à l’ensemencement de la colère/ D’apprendre à regarder demain avec dans les yeux mille soleils cannibales.

    Certes, outre le décloisonnement et la déterritorialisation, ce qui particularise ce collectif est la colère qui travaille les textes et ces toiles de la troisième génération, et qui affirme, exprime, étale au grand jour un univers vivant, sous les décombres d’un pays sinistré. Et cette parole de révolte, d’espoir, d’amour, de bonheur trahi, espéré, reporté fait que l’on perçoit à travers ces bouts de phrases trop hachées, ces émotions qui enivrent comme un bon coup de rhum, et ces douleurs absolues comme si à l’autre bout du combat, l’espoir était l’unique rendez-vous.

    Voici une anthologie qui dit la vigilance et la révolte…

    Voici une anthologie qui ramasse les cris des fils et des filles d’une nation.

    Voici une anthologie qui rassemble le grand cri des orphelins. De ces fils et filles illégitimes de la nation qui crient leur grand cri comme un grand boucan de ferveur pour dire merde aux bien-pensants, et pour refuser l’héritage, et pour signifier la solitude immense d’être des fils sans passé, et pour marquer la rupture : les aînés sont bel et bien morts au miroir de leur confortable pustule de honte et de misère. Ces jeunes qui ont appris sans savoir comment à dormir les poings fermés, avec les vers de Césaire se sont réveillés en criant : « Mon nom : offensé ; mon prénom : humilié ; mon état : révolté ; mon âge : l’âge de la pierre. »

    Voici une parole inhabituelle qui crache comme un volcan et qui traverse le monde pour refuser la mort. Jamais dans cette littérature, un seul ouvrage n’a réuni autant de naissances que celui-ci. Naissances qui restaient en veille ou demeuraient latentes jusqu’à hier, s’affirment aujourd’hui comme des bombes à retardement. Une explosion massive de sang neuf dans le corps des textes, un boucan d’artifices dans la nuit poétique.

    En cet âge triste composé d’assis et de poètes à gage, quoi de plus heureux qu’une arrivée en foule, de femmes et d’hommes aux mains libres.

    Génération 1 - Années 20-40 : René Depestre - Anthony Phelps – Franketienne -Georges Castera-- Jean Métellus - Claude C. Pierre - Émilie Franz - Gary Klang - Jacques Ravix - Josaphat Robert Large - Jean Saint-Vil-Syto Cavé - Tomy M-Day - Marie Alice Théard - ;

    Génération 2 - Années 50-60 :Joel Desrosiers, Robert Berrouet Oriol, Michèle Voltaire Marcelin - Elsie Suréna -Saint John Khauss- Jean François dit Avin ou A20 - Paul Harry Laurent - Frantz Dominique Batraville - Max Freesney Pierre - Jean Dany Joachim - Marc Exavier - Rodney Saint-Éloi - Pradel Henriquez - Jean Armoce Dugé - Élodie Barthélemy - Alex Laguerre - Mathurin Rodolphe - Hugues Berthin Férol -

    Génération 3 - Années 70-80 : Emmelie Prophète - André Fouad - - Guy Junior Régis - Pierre Pascal Merisier dit Pasko -Kerline Devise Jean Marc Voltaire - Patrick Louis dit Kanga - Pierre Moïse Célestin - Joseph Edgard Célestin - Pierre James - Jean Pierre Jacques Adler - Antoine-Hubert Louis - Josenti Larochelle dit Mistè Tchik - James Noël - Damas Porcena dit Damson - Kevens Prévaris - Walner O. Régistre dit Doc Wor - Jonel Juste - Jean François Toussaint - Jean Emmanuel Jacquet - Angie Fontaine - Makenzy Orcel - Fred Edson Lafortune - Duckens Charitable dit Duccha - Coutechève Lavoie Aupont - Jean Venel Casseus - Mlikadol’s Mentor dit Nadol’s Réginald Jean-Louis-Dovilas Anderson--- Romilly Emmanuel Saint-Hilaire - Jean Davidson Gilot.

    Postface de Rodney Saint-Éloi et James Noël.
    HPN

  • Parution de: J-R Large: La fragmentation de l'être

    Sous la direction de : Frantz-Antoine Leconte:

    Ont contribué à cet ouvrage :
    Frantz Large, Gérard Campfort, Pierre-Raymond Dumas, Frantz Minuty, Jonel juste, Anjanir Ghaminêl, Jean L. Prophète, Robenson Bernard, Jean-Claude Charles, ]ean-Robert Léonidas, Edith Wainwright et Hugues Saint-Fort.
    ---------------
    Quatrième de Couverture :

    Ce collectif ne livrera pas tout sur l'œuvre plurielle et fascinante de Josaphat-Robert Large. Cependant il nous incitera à explorer minutieusement avec des critères d'analyse efficaces la densité de l'écriture, la variété des genres, la panoplie de la technique ainsi que les concepts fondamentaux à partir desquels les fondations de l'œuvre ont été construites. Faut-il privilégier chez Large cette bonne poésie incandescente qui investit l'être entier en s'appropriant le cœur, l'esprit et les sens, et qui lie les réflexes à la réflexion dans des textes aussi envoûtants que Nerfs du vent (1975) et Chute de mots (1989), ou doit-on entamer de préférence une étude critique de l'univers romanesque éblouissant, paradigme affirmatif de la réussite littéraire caribéenne et haïtienne dans Les Sentiers de l'enfer (1990), Les Récoltes de la folie (1996), Les Terres entourées de larmes (2002), et Partir sur un coursier de nuages (2008).

    On peut sans doute hésiter entre les deux démarches. Mais, surtout, on ne peut dénier qu'elles constituent des voies d'expression de l'imaginaire de Large qui édifie une peinture de la fragmentation, du morcellement et de l'aliénation de l'être. Peintre de la condition humaine, il emprunte les particularités haïtiennes pour offrir le témoignage du désarroi des esprits face à l'effondrement identitaire et existentiel de l'individu et de la cité. Face à l'interminable errance, à la vaporisation du moi et au malaise métaphysique s'exprime une sorte de solidarité ou d'humanisme qui nous assure la survie dans cette quête monumentale de l'éros.
    .....................
    Dans la section "Correspondance": Lettres de :

    Roger Dorsinville, Ghislain Gouraige, Emile Ollivier, Jean-Claude Charles, Gary Klang, Claude C Pierre,
    Anthony Phelps, René Depestre, Donald Assali, Toussaint Jean-François

  • Manno Ejèn : Yon Mayestro Lang Kreyòl la


    Manno Ejèn, Large ak Batravil nan yon Emisyon Radyo

    Manno Ejèn : Yon Mayestro Lang Kreyòl la

    Lè w louvri liv Aganmafwezay Manno Ejèn nan, ou kite zye ou ak lespri ou penetre nan kouran lekti a, epi, apre yon sèten tan, ou gen lenpresyon wotè ekriti a, chwa mo yo, laviwonn fraz yo, yo kreye tankou yon senfoni pawòl k ap dewoule devan zye ou, nan ekout ou, andedan ou, si tèlman otè a reyisi fè w antre nan yon lòt lespas kote laplezire lekti a rankontre menm kontantman yon melomann resanti lè l ap koute mizik. Nan patisyon Manno Ejèn nan, se kòm si mo yo rive derape poukont yo, ap suiv bagèt mayestro a k ap plase yo yonn apre lòt nan paj liv la. Yon mo rale yon lòt mennen vini, mete l atè, fè l blayi ak tout lèt li nan ekriti a, fè l kouche sou paj la, laye kò l, pran zèz li, chanje siyifikasyon li, envante lòt mo ki sanble avèk li, ki vle di menm bagay avèk li, lan menm fanmi avèk li, tankou lè yon djazman rantre nan yon mizik l ap enprovize, voye son anlè pou chame antandman yon piblik. Se rantre pou pa rantre nan nannan liv Manno Ejèn nan pou pa resanti plezire sa a. Anplis, lòt fenomèn ou remake vit-e-prese, se lefèt mizik pawòl sa a, patisyon mo yo, aranjman mizikal lapawoli a, se sou yon fon tematik kote peyi Ayiti kanpe fre k on zezwa y ap deplotonnen kò yo ak tout aspè kilti yo, ak lanati peyi a kote lakansyèl konn pentire syèl, kote zwezo konn bat zèl pou bat bravo pou solèy, fè reyon reyonnen jouk y al benyen lanjelis nan apremidi. Tout pwoblèm peyi a la, nan senfoni lapawoli a, tout jwisans kiltirèl yo tou, tout malè. Kanta pou lanmò menm, li gen yon plas-de-chwa nan blayisman tematik la.

    Banm fè nou tande yon bout nan senfoni a, kote tèm lanmò a ap vanse alenfini kòm si, tankou m sot di l talè a, yon mo rale yon lòt mete atè, pou tèks la sa rapousuiv bote li:

    Nan peyi sa a, ou jwenn lanmò devan-dèyè, kontre lanmò pasi pala. Lanvè landwat, lanmò ap dirvaye. Bòs nan do, bòs sou kote lanmò ape simaye. Lanmò dwategòch. Lanmò degrenngòch. Lanmò ladouskivyen, byennere dyòl dore. Lanmò fyèlbèf, dilere machwè gonfle. Lanmò mounpayis. Lanmò kaponnay. Lanmò sispèk. Lanmò mode soufflé. Lanmò van Mennen. Lanmò kousiprann, kan ou pran ou konnen. Lanmò bòlèt ki jwe ak revè, san revè ak konpayèl, san konpayèl. Lanmò egzekite sou kòmann. Livrezon an pyès detache, moute adomisil […] Mò bon debara, dekwoke madanm. Mò rèd depi opa, aliyen devan simityè, pou bay dekourajman. Mò vivan. Mò anbilan. Mò natirèl. Mò sinatirèl. Mò sentetik. Mò politik. Mò Lebren. Mòpyon. Mòtora. Mò twa fwa mò. Mò!!! (pp. 46,52)

    Ou ta di otè a annik rale mo “Mò”- a nan tiwa imajinasyon li, mete li sou paj la, epi gen yon deklanchman k al chèche menm mo a nan menm chan imajinasyon an epi lage yo anseri nan fraz yo. Sa tèlman vre, mo yo konn rale vini mo ki gen menm konsonans avè yo, mete yo akote yo, pou fè mizik fraz la kontinye. Egzanp: Mò (Ki vle di moun mouri, Lanmò limenm, kadav, zonbi), vinn ranje menm mo “Mò” a nan finisman yon fraz, menm mo “Mò” a ki gen menm rezonans, men ki pa vle di menm bagay. Egzanp : Mòpyon, Mòtora, Mò rèd depi opa. Sa k pi bè la sèke mizik la si tèlman byen sonnen nan zòrèy lektè a, li pa menm reyalize transfè sans yo, paseke, sa k enterese li vremanvre, se rezonans mizik fraztik la.

    Pou chef òkès la ranje mizik la sou twalfon peyi Ayiti, li fè apèl a memwa li, souvnans li, remontay nan wout lespas pou al bouske souvni. Ann koute:

    […] Franchi papòt memwa se plonje tchouboum, ale jouk nan fenfon noumenm avèk yon bann koze pètpèt. Yon divida mo, pawòl boutanbout, k ape devide. Kavalye polka k’ape fè lawout avè nou, tankou repwòch silabè k’ape raple nou kouman nou pèdmemwa. (p.46)

    Se nan flannen nan lepase sa a, otè rale yon deskripsyon vil Senmak mete atè:

    Kay-yo pyese, rapyese, wouye, kolboso. Defalke. Kay an bwa, kay an tòl, kay boule, kay an mi, te fè yon sèl. Yon gwo bidonvil, san pye, san tèt, ale sou de ran, ape sikile, tankou yon gwo mache syèl ouvè epapiye. Avèk lamizè-li, pousyè-li, devan dèyè k’ape rapousuiv. (p.46)

    Memwa otè a depase epòk pa li, al fouye nan fenfon listwa, pou vinn ajoute nòt mizikal istorik nan patisyon zèv la:

    Epi, se konsa Lapinta, Lalina, Lasanta Marya, te rive nan Lamerik. Nan non Izabèl, trè katolik, renn Lespay, Kristòf Kolon te debake nan nouvomonn. Men kwa manman w! Men kwa papa w! Enpi, yo woule, mawouke lanmò nan chan koton, yo epise lanmò sou plizyè bitasyon, dore lanmò byen dore ak lò masif, voye-l kòm echantiyon bay Lametwòpòl . (p.56)

    Manno Ejèn se yon ekspè nan chanje sans mo yo nan mitan ou fraz san fil lekti a pa kase. L anplwaye teknik sa a nan ekstrè nou sot site piwo a. Nou tout konnen Kristòf Kolon te debake ak yon kwa nan men li. Eben, olye otè a mete sa nan mizik li a, li di l yon jan ki pi bèl. L antre nan nannan kilti ayisyèn nan pou l chante: Men kwa manman w, men kwa papa w! Sa ki vle di, li chanje sans senbolik kenbe kwa a ki ta vle prezante Kolon tankou yon sovè devan Endyen yo, pou l fè n konnen, okontrè, senbolik kwa a te vle di malere yo: men jou devenn nou rive, men jou estèminasyon nou k ap kòmanse.

    Otè a antre nan fenfon kilti pèp ayisyen an tou, pou l bati resi ki trete kèk keksyon kiltirèl esansyèl. Nouvèl ki rele De ti tou pou deklete la lin nan, gen on mizikalite ki dous kou siwo. Se devlopman kò yon jenn ti fanm nan transfòmasyon k ape bwote li nan lavni, jouk san règ li benyen kabann li. Se nan menm epòk la li tonbe sou pouvwa jakopyevèt yon bèl ti gason yo rele Mario. Lè manman l, yon revandèzakredi, dekouvri lanmourèz la, li pran kle wonga li, pou klete manmzèl, fè dezi nan kò l disparèt. Sa manman an pat konnen, sèke Mario se Marasa, eli gen savwafè pou defèt maldyòk tout koulè ki te mare nan ren ti dam nan. Sèn kote Mario ap defèt wanga a, deklete lalin nan, se yonn nan pi bèl nan patisyon mizikal Manno Ejèn nan.

    Yon lòt atou otè a gen nan djakout li pou ranfòse bèlte mizikal li a, se aliterasyon li kreye nan sèten fraz. Kèk egzanp:

    Lang filalang ape filange mansyèl-mwen (p.20)
    Mizikasyon douvanjou ape wounou wounou tou dousman (p.24)
    Yon bann ti wonn, an laviwonndede, tou won sou pwent tete mwen (p.31)

    Anfèt, yon aliterasyon: s on pyanotaj lapawoli kote prefiks ak sifiks ki gen menm son, òganize yon woulman prononsyasyon ki mete mizikasyon nan yon tèks.

    Pou n fini, nou rekòmande lektè nou yo pou yo achte liv Aganmafwezay Manno Ejèn nan, pou y al tòtòt li ankachèt lakay yo, sou kabann yo, pou yo jwi, tande mizik mo yo, ri, kriye, epitou, apre, pou yo rekòmande ouvraj la bay zanmi yo: bèl ouvraj sa a ki soti nan founo “Près nasyonal D Ayiti”, akote lòt liv an kreyòl ki te parèt nan rantre literè 2009 la, sou patronaj Wilhems Edouard.

    Josaphat-Robert Large, fevriye 2009

  • Lamèsi: entre rêve et réalité

    Le Matin # No 34022 • 22 - 29 déc. 2008

    Rete! Kote Lamèsi,
    Presses nationales d'haïti,
    Janvier 2008
    Culture
    LECTURE CRITIQUE / Lamèsi : entre rêve et réalité

    Par Lyinel Trouillot

    Lamèsi est partie. On ne sait ni pourquoi ni pour où. Elle était partie chercher de l’eau. Elle n’est pas revenue. Est-ce le vent qui soulève les tôles des toits, arrache les cheveux des arbres qui l’a poussée vers ailleurs ? Est-ce l’eau qui l’a gardée pour une vie de sirène ? A-t-elle pris un bateau pour aller vers le Nord ? Un homme la cherche, on sait pourquoi, parce qu’il l’aime. Il s’appelle Jozafa. Dans sa famille il y a quatre générations de Jozafa. Lamèsi, c’est sa femme chance, son étoile, tous ses rêves. Alors il crie : « Rete ! Kote Lamèsi ? »
    Lamèsi, c’est son ancrage et son délire. Il la cherche. Par les mots qui affluent pour conjurer le sort. Sur les routes. Ce sera un long voyage qui passera par la Grand’Anse, les Cayes, Jacmel, les Gonaîves pour finir dans l’enfermement. Un voyage qui passera par des chemins et des rencontres. Par des petits boulots : l’homme sera « bèf chenn », « bouretye ». Par l’amitié avec Estima Timèt qui l’aidera et le sortira de prison. Car l’homme connaitra la prison, sera pris pour fou, pire, pour un criminel. Le délire l’accompagne de la marche au camion, du camion au voilier. Cette traversée du pays, ses yeux cherchant partout l’absente, le force à voir le reste : les gens, les tristes paysages, la réalité extérieure à sa quête que le manque rend encore plus laide et dépourvue de sens. Car depuis le départ de Lamèsi, rien n’a plus de sens. Et l’homme distingue mal le rêve du réel ? Est-ce une illusion ? Il voit Lamèsi « sou yon tikannòt lalin ». Il entend les oiseaux et les insectes chanter avec lui la chanson que chantait Lamèsi quand elle allait à la rivière. Qu’est-ce qui a vraiment existé ? Et qu’est-ce qui n’a jamais eu leu que dans sa tête ? On ne le saura jamais. Et l’auteur se faisant second narrateur (le gros du récit est raconté par Jozafa) aparaît dans quelques passages pour s’adresser directement au lecteur. A la fin, il lui demande : « Eske nou kwè Jozafa se yon moun fou vremanvre ? Eske selon sa nou konprann, Lamèsi s’on rèv oswa yon reyalite k’ap kouri dèyè rido legzistans lan ? »
    Le lecteur, pas plus que Jozafa, pas plus que celui qui manie les ficelles du récit, n’a pas la réponse. Qu’importe… La douleur de l’absence et les données du voyage sont bien réelles.
    Jozafa ne voyage pas que dans une géographie, il voyage aussi dans le temps : l’époque coloniale : la traite et l’esclavage ; le passé national… Les lieux et les vestiges sont les symboles d’un hier qui n’est pas sans blessure. Le passé n’est pas un abri qui protège de l’absence.
    La quête finit mal, dans le cri de l’homme enfermé sans que l’on puisse déterminer si lui a choisi la folie ou si les autres, comme pour banaliser son cri, ont choisi la folie pour lui.
    Le récit est chapitré en « katòz stasyon ». La langue est poétique. Le délire appelle un lyrisme où tout se mêle : la perte amoureuse, le regard sur l’histoire, le présent, le rêve, la mythologie…
    Un projet ambitieux. On aurait peut-être souhaité plus de folie dans l’expression, et il n’est pas toujours vraisemblable que Jozafa, de par sa condition et son origine, ait une telle culture historique. Mais, peut-être Josafa n’existe-t-il pas plus que cette Lamèsi qu’il cherche de la première à la dernière page, marionnette aux mains de cet autre narrateur qui fait fonction d’auteur et nous demande à la fin : « Selon vous y a-t-il quelque chose de vrai dans cette histoire ».

    Par Lyonel Trouillot
    mardi 23 décembre 2008

  • Woman kreyòl Louis-Philippe Dalembert la


    Louis-Philippe Dalembert

    Epi oun jou Konsa
    tèt Pastè Bab pati


    Premye woman kreyòl Dalembert a s on ti bijou. Nan fil ekriti a, lektè yo kab swiv evolisyon kèk flannè nan yon katye nan Pòtoprens. Depi yo te timoun ak pantalon kout, jwe mab, monte sèvolan, rive nan epòk lekòl primè, ou wè sa kap fè jakopyevèt dèyè premye menaj yo, sa kap pran zafè lekòl la oserye, sa kap jwe bezig, bengo. Epitou, tankou nan tout katye, gen sa ki komik, gen sa ki gwo nèg (ki toujou devan bann an lò madigra pran lari), sa k fè spò, leve fè, karateka ak kole chemiz yo byen kanpe dèyè kou yo. Sa k chèlbè. Epi, tankou nan tout katye, gen sa ki chwazi kite lekòl pou y al chèche byenbonè kote lavi a fè kwen. Se lan konsa Pastè Bab antre nan po pèsonaj prensipal woman Louis-Philippe la. Pastè Bab (Se pat premye non li), se yon flannè ki gen yon fizik makwal, ki mache tankou li sou branka, ki komik epi ki kwè li pi fò pase tout moun nan jwe Bengo (Nan domèn sa a, li gen pou l pran yon kou ki pa rete ak kou!). Eben, se eleman sa a ekriti a pran an chaj, montre ki premye djòb li fè nan lavi a, jouk l al tonbe sou yon ti mansè ki fè kè l bat a sanmilalè.
    A kote fil istwa a, gen yon ekriti elegan kap deplontonnen kò l nan liv la. Yon vokabilè rich, byen chwazi, ki fè lektè yo resanti sa Roland Barthes rele “Le plaisir du texte”* lè y ap li woman Dalembert a. Yon bèl teknik konpozisyon ou jwenn lakay Dalembert nan liv sa a, se lè naratè istwa a pase kòn nan by yon lòt naratè pou kontinye devlopman pawòl la pou li. Lè sa a, se kòm si lektè a te rantre nan yon lòt resi (men ki toujou lye ak premye resi a). Nan bèl ekriti kreyòl Dalembert la, gen yon komik ki ensere nan fraz sèten pati yo, yon komik ki lye menlanmen ak kilti ayisyèn nan, men ki ajoute jwisans lakay lektè a pandan l ap li. Dalembert mete literati kreyòl la nan òbit modènite a, pou pouse literati sa a al pi lwen. Nou rekòmande lektè nou yo pou achte liv sa a epi li li, pou apresye michan kalite ki sòti nan yon woman k ekri an kreyòl, nan yon lang swa ke okenn lòt lang pas fè pè.

    Lòt semèn, na fè yon ti rale sou liv Manno Ejèn nan, pou n prezante l bay piblik la.
    Tout Woman Kreyòl sa a yo pibliye pa Près Nasyonal Ayiti, e fè pati liv ki te nan rantre literè 2008 la ke kanmarad Willhem Edouard te òganize, nan peyi Ayiti
    * Roland Barthes: Le Plaisir du texte, Seuil, Paris.

  • Heureux Anniversaire !

    Notre Blog a atteint aujourd’hui le nombre de dix mille visiteurs. Dix mille visiteurs (dans cet espace où l'on ne parle que de littérature), chers amis, ce n’est pas rien. C’est en vérité un anniversaire qu’il faut célébrer. Qu’il faut célébrer avec un feu d’artifice de mots, en français, en créole et en anglais. Avec la littérature (le roman, la poésie, le théâtre, l’essai)… 10,000 visiteurs en un an à peu près : il s’agit là d’un succès… D’un succès qui est surtout le vôtre. Car, si vous visitez ce blog, c’est parce que les sujets abordés trouvent l’appui de votre goût. Et il y a lieu d’applaudir : de vous applaudir !

    Mezanmi ! 10,000 moun wi, ki vizite Blog sa a nan espas you ane apeprè. Sa vle di kisa, sa vle di keksyon literati a gen prenè toujou, gen moun k enterese ladan li. Fèt sa a se fèt nou tou : An nou bat bravo pou tèt nou ! M envite ekriven, powèt, eseyis ki rantre nan menm liy panse avè nou pou voye atik bannou, pou nou pibliye ! Sa ki vle ekri powèm pou fete anivèsè Blog la, m ap tann yo pou m pibliye yo !!!

    Ten thousand visitors! That’s something. It’s an anniversary we have to celebrate. With words. With a firework of words: in English, French and Creole. The success of this Blog is yours. It is your taste for literature that encourages you to visit us as often as possible. Send text to celebrate this anniversary: Poetry, short stories or whatever writings that fall in the line of what we publish. Thanks!

« 1 2 3 4 5 ...