Blog / SOS POUR LA GRAND'ANSE

jeudi 21 janvier 2010 à 07:33



Par Eddy Cavé

S.O.S. POUR LA GRAND’ANSE

Le retour des Grand’Anselais dans leurs patelins a commencé dans la générosité. Il doit se poursuivre dans la solidarité.

Eddy Cavé,
Ottawa, ce mercredi 20 janvier 2010

Je viens de recevoir du poète Josaphat (Bobisson) Large l’instantané ci-dessus illustrant un moment crucial de l’exode massif des Jérémiens vers leur ville après le séisme du 12 janvier. Voilà déjà quatre ou cinq jours que j’ai appris que Roger Rouzier, un autre ami d’enfance, avait mis son traversier, le Trois Rivières, à la disposition des Jérémiens résidant à la capitale détruite pour les ramener gratuitement dans leur ville natale. De toute évidence, l’aide offerte s’adressait à tous les Grand’Anselais, sans considération du lieu de destination finale : Marfranc, Moron, Corail, Pestel, Roseaux, Dame-Marie, Anse d’Hainault, Bonbon, Abricots, etc.

De son côté, l’entrepreneur Eddy René, de qui je disais récemment dans mon livre De mémoire de Jérémien tout le bien que je pense, a mis deux camions de la flotte Dieu qui décide à la disposition des sinistrés rapatriés au quai de Jérémie. Ce service, gratuit également, servait à ramener les rescapés à leur destination finale dans la Grand’Anse. Je n’ai pas encore entendu parler de Brunel Pierre, mais je suis convaincu qu’il est partie prenante à toute opération d’accueil et de relocalisation des Jérémiens.

Ces premiers actes de générosité passés et les réserves de carburant épuisées, la population de Jérémie a pris la relève en venant directement en aide aux rapatriés. Les prochains gestes de solidarité devront venir de notre diaspora.

Dans l’intervalle, les premiers contingents sont arrivés, mais l’exode continue, et les besoins se multiplient. Riquet Dorimain, ex-directeur du collège Saint-Louis, m’a transmis le SOS du comité local mis sur pied pour accueillir les rescapés, soigner les blessés, aider, nourrir, assister et ramener les uns et les autres dans leurs foyers.

Engagé jusqu’au cou dans les activités de collecte de fonds entreprises par divers organismes de la région de la capitale nationale, à Ottawa, je n’ai personnellement pas pu m’impliquer jusqu’ici comme je l’aurais souhaité dans une activité d’envergure focalisée sur Jérémie. (Si Jean-Max Beauchamps était encore là!) La deuxième activité d’envergure à l’organisation de laquelle je participe aura lieu le 30 janvier, et je pourrai dès la semaine suivante m’embarquer dans une opération sérieuse et transparente d’aide à la Grand’Anse.

Dans l’intervalle, je lance un appel désespéré à tous les Grand’Anselais du Canada, en particulier de Montréal et d’Ottawa, pour qu’ils se mettent en branle afin de (deux pour de suite) venir en aide aux rescapés de leur région. Une fois que je me serai libéré de mes engagements actuels, j’ajouterai mes efforts aux leurs pour contribuer dans toute la mesure du possible à la réalisation des projets entrepris.

Pour l’instant, je tiens à souligner une chose d’une importance capitale. Le SOS lancé pour Jérémie n’est en rien une manifestation d’un régionalisme de mauvais aloi ni d’une forme d’égoïsme quelconque. En aidant à rapatrier les dizaines ou les centaines de milliers de Jérémiens et autres Grand’Anselais vivant à la capitale, nous aiderons sans aucun doute ces personnes. Mais tout aussi importante est la contribution que, ce faisant, nous apporterons au pays sur les plans du désengorgement de la capitale et de l’atténuation des tâches incombant aux donneurs d’aide et aux équipes de secouristes.

En souhaitant que cet appel soit entendu et que les mobilisations nécessaires commencent tout de suite, je formule le vœu que cette épreuve soit l’occasion d’une prise de conscience nationale. Qu’elle aide le pays à se ressaisir pour renaître de ses cendres. Que nos compatriotes, sans distinction de classe, de fortune, de couleur, de religion, de niveau d’instruction, réapprennent à s’aimer, à vivre dans l’harmonie et à pratiquer les vertus du partage, du pardon et de l’abnégation dans lesquelles nous avons grandi.

Que Dieu nous bénisse


Commente

Tu dois te connecter pour poster un commentaire. Si tu n'as pas encore de compte, inscris-toi tout de suite !
Ta note : 0
pas de note