A propos de moi

La liberté ne s'acquiert que dans la souffrance dans le sang; il n'est rien d'important qui se donne aisément.

En savoir plus sur moi
Nom
Jean Eric BITANG
Date de naissance
28/09/1990
(encore 4 jours)
Lieu de résidence
Douala (Littoral)
Cameroon
Langue maternelle
Français
Entreprise
Université de Douala
Profession
Etudiant (Etudiant)
Mots-clés
Recherche
  • Amis
Loisirs
Lire, écrire, lire, écrire etc.
Statut sentimental
Célibataire
J'aime
Garçon et filles

Livre d'or 4

- lepetitphilosophe:
Bonjour Pr,
Je passe juste vous souhaiter un bon anniversaire.


merci JEAN ERIC,c'est très gentil et beaucoup de courage pour l'éveil de la pensée en Afrique.L'Afrique ne s'épanouira que si nous aceptons …

posté par docteursamb
10 juillet 2010


Signer le livre d'or

310 visiteurs depuis le 7 février 2009.

De l'art du débat par Ptahhotep

Lorsqu’on s’intéresse à la pratique philosophique dans l’Egypte pharaonique, on se rend compte que l’accent y est souvent pris sur l’éthique. Les égyptiens vouaient littéralement un culte au respect des normes éthiques. Parmi les divers traités qui eurent étés produits à l’époque, nous gardons quelques fragments de la pensée du « sage »(1) Ptahhotep. Ces fragments sont regroupés sous le titre « Les maximes de Ptahhotep » (2). Nous analyserons dans cet article, les quatre premières, celles qui traitent de l’art du débat pour éclaircir – si besoin est – et diffuser essentiellement, la pensée du sage des deux rives.
Ptahhotep était le vizir (3) du pharaon Isesi de la cinquième dynastie environ 2450 avant J.-C. Nous ne disposons à l’heure actuelle de peu d’indications biographiques à son sujet et nous espérons que le progrès dans ce sens nous fournira davantage de littérature. Quoi qu’il en soit, il semble bien que ses « Maximes » … désire conformément à ce que tu désires et tu frapperas de la désapprobation des grands »(13) .

Il faut toutefois se garder de croire que ces prescriptions ne sont qu’à l’endroit du prince – puisqu’il est la personne à qui Ptahhotep dispensait cet enseignement –. En effet, en rendant ces écrits publics, exotériques, l’enseignement de Ptahhotep s’adresse maintenant à la fois au prince et à ses interlocuteurs éventuels et c’est là, dans cette opposition à laquelle vont se livrer les intelligences que réside tout le charme de la prescription du Maître. Si le prince est plus grand qu’un interlocuteur, il cherchera à mettre la maxime relative à cette configuration en exergue lorsque l’interlocuteur, étant moins outillé que le prince, mettra la maxime correspondant à cette disposition discursive en évidence. Il serait intéressant dès lors, d’étudier le déploiement des cognitions dans le but final de vaincre – dans le sens le moins …